C’est quoi ton boulot ?

« Arrives-tu à expliquer ton travail à la maison ? » Nous nous sommes posés quelques fois cette question à la cantine entre collègues. Et la réponse était invariablement non. Comment expliquer à nos enfants, nos conjoints, notre entourage en quoi consiste notre métier ?
Les titres divers dont j’ai été affublé pendant les 15 ans où j’ai travaillé dans le domaine des Systèmes d’Information ne sont guère explicites. J’ai été chef de projet, chargé de mission SI Achats, conseil en SI Telecom et maîtrise d’ouvrage, chef de pôle comptabilité gestion finance, consultant MOA SI. Ces différents titres ont tous dit la même réalité. Je n’ai guère changé de fonction, même si le titre se modifiait. Tout au plus, le périmètre a pu évoluer. Au début, spécialisé dans l’application au domaine des achats, j’ai ensuite traité des stocks, de la comptabilité, des ventes, de la maintenance. Mais dans tous les cas, les compétences mises en œuvre, les méthodes de travail étaient fondamentalement les mêmes. Les changements de noms reflétaient plus l’incapacité à définir le métier que des changements réels du contenu.
Un boulanger, un comptable, un musicien, un maçon, un médecin, voilà des métiers que l’on pense connaître, auxquels se raccrochent des images venues de l’enfance, des définitions dans les dictionnaires.
Concepteur-réalisateur de Système d’Information, c’est moins évident. D’autant que cela fait plus de soixante ans que  du code passe dans des transistors. Depuis toutes ces années, les métiers du SI se sont diversifiés. Il y a des compétences variées : concepteur fonctionnel, développeur, webmaster, ingénieur système… Tous ces métiers constituent un ensemble brumeux et indistinct vu de l’extérieur.
Un langage instable ?
L’instabilité du vocabulaire employé par ce monde du numérique ne contribue pas à sa compréhension.
Derrière les termes de programme, logiciel, code, se trouve une même réalité, une série d’instructions que doit accomplir la machine, rédigées dans un langage qu’elle comprend. Ce qui s’appelait Informatique est devenu Information Technology (IT) en anglais, et Système d’Information (SI) en français. Là, il y a derrière le changement de mots une évolution de la réalité, les mondes de l’informatique et des télécommunications ayant progressivement fusionnés, et  le programme n’est plus qu’une partie d’un ensemble qu’il faut analyser dans sa complexité. Dans le premier cas le changement de vocabulaire relève d’un phénomène de mode, dans le second il recouvre une évolution majeure.
De plus, ce vocabulaire a des origines composites. D’abord, pour rendre familier ce monde nouveau,  des mots venant d’un univers ancien sont utilisés. Beaucoup de termes viennent de la religion ou du bâtiment : ordinateur, maître d’ouvrage et maître d’oeuvre, briques du système, architecte, urbaniste, barrières, adresses. Tout cela sans que la réalité qu’ils recouvrent a quelque chose à voir avec la réalité qui la précédait.
Ensuite, certains termes viennent directement de l’anglais sans avoir trouver un équivalent : soft, hard, cloud… doux, dur, nuage voilà des termes qui disent peu de choses sur la réalité qu’ils recouvrent
Enfin une volonté de distinction cocardière conduit à créer de nouveaux mots : logiciels, progiciels, courriels, cyberespace. A cela s’ajoute comme dans toutes les professions, les sigles, les acronymes, bien connus des hommes du métier, mais ne signifiant rien pour le commun des mortels : SI, HTML, FTP, PMO…
Peux-tu m’aider ?
Il faut pourtant parfois répondre à la question : c’est quoi votre métier ? Le plus souvent à table, les gens vous posent la question avec aménité, entre la poire et le fromage, pour soutenir une conversation qui commence à fléchir. J’essaie de répondre avec honnêteté. « Je suis concepteur fonctionnel en système d’information (ce qui définit le plus précisément mon travail).» Le regard de l’interlocuteur montre au mieux une indifférence polie et la conversation retombe, au pire il s’écarquille sous l’effet de la surprise. Je craque et décide de passer à la réponse suivante, qui pour moi est un rien fausse. « Je fais de l’informatique. » Je sens chez mon interlocuteur un soulagement. Il va avoir des sujets de conversation avec moi. Il m’entreprend alors sur les dernières difficultés qu’il a avec EXCEL, son incompréhension du fonctionnement de Facebook. C’est que si je connais l’informatique je dois être un maître de la micro-informatique, du Web et de tous ces outils connectés qui nous entourent.
C’est une intuition pas nécessairement absurde. Beaucoup de gens dans ce métier sont des geeks ayant une addiction plus ou moins grave à la technologie. J’ai à peine tourné le dos à ce métier, que je me suis acheté un Mac, fait un stage de Webmaster, ouvert un blog et commencé à gérer un site pour un cousin germain.
Cependant les journées n’ont que 24h, il faut dormir, et donc nous ne sommes pas nécessairement omniscients, et capables de tout réparer, de la tasse de café répandue sur un clavier au fonctionnement d’un site hébergé dans la mer des Sargasses. Le prestige d’un métier à la pointe de l’actualité, s’effondre face à l’incapacité de résoudre les problèmes les plus triviaux.
Gérer la frustration
Ce blog nait de la frustration de ne pas être capable d’expliquer simplement en quoi consistait mon métier. Il est une dernière tentative désespérée de dire la réalité de ce travail.
Il existe déjà des bibliothèques entières consacrées à la condition numérique, pour reprendre le titre de l’excellent livre de JF.Fogel et B.Patino. Je tenterai d’en rester au point de vue d’un membre lambda d’équipe de conception et réalisation, tout en étant persuadé que nous n’en sommes qu’au début de la révolution numérique. Nous sommes loin d’en avoir épuisé les potentialités et de disposer de tous les concepts qui permettent de comprendre et de nous orienter dans la pratique de ce nouvel espace.

Bibliographie
Jean-François Pillou : tout sur les Systèmes d’Information (Dunod-2006)
Jean-François Fogel et Bruno Patino : La condition numérique (Grasset-2013)

Cet article a été publié dans système d'information. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s