Bascule

bascule2Cela a lieu généralement le samedi ou le dimanche, à un moment où l’entreprise était fermée, et les autres salariés profitent du repos dominical. Cela peut aussi avoir lieu le soir, en tout cas à un moment où les autres travailleurs se reposent.
Pour venir il faut traverser les rues désertes de la Défense ou d’un autre quartier d’affaires, vidé de ses habitants habituels.
C’est le moment de la bascule, celui où le système d’information est mis en marche. L’équipe projet a travaillé pendant des semaines ou des mois sur ce nouvel outil, elle est épuisée par le stress, les heures d’insomnies. Elle n’est pas certaine d’avoir tout testé tout vérifié.
Cette bascule a généralement été précédée d’une réunion de GO NO GO (y aller ou non), plus ou moins formelle, plus ou moins structurée, à laquelle a fait participer toutes les personnes impliquées dans le programme, et le plus d’utilisateurs futurs possibles. Cela peut se faire par une grande réunion où tout le monde est présent, par vidéo ou audioconférence.
Lors de cette réunion les participants déroulent une check list, qui a été préparée à l’avance, pour vérifier qu’aucune tache n’a été oubliée. Formation des acteurs, habilitations, information de l’environnement, déroulement de tous les scénarios de test, mise en place des équipements, connexion au réseau, reprise de toutes les données… La liste peut être plus ou moins longue, certaines taches peuvent être plus ou moins importantes, certaines empêchent la bascule, d’autres sont simplement des alertes sur des points qu’il faudra surveiller pendant la bascule et dans les premiers jours du démarrage.
Dans l’enthousiasme, il a été décidé de mettre l’application en fonctionnement. J’ai vu de multiples façons de prononcer le go. Par une personne qui a coché la check list, par un tour de table des participants, par acclamation. Dans tous les cas, il va falloir obtenir la solennité la plus grande, au regard de l’enjeu. Pour un site Web de 3 pages, On ne fait pas une réunion de cent convives, avec vidéo-conférence et petits fours.
Mais dans tous les cas on cherche à donner aux acteurs la mesure de l’importance de l’évènement. Il est rarissime qu’une réunion de GONOGO s’achève par un No Go définitif (abandon du projet). Il a demandé des heures et des jours de travail, des sommes importantes d’effort et d’argent. Souvent, les acteurs sont fatigués, les maîtres d’ouvrages impatients, inquiets de voir les compteurs tournés, avec les dépassements de budgets qui les accompagnent.
Tout au plus, acceptera-t-on un recul, un retard, l’abandon de telle ou telle option qui risque de mettre tout le projet en danger. Mais au moins tout le monde a pris conscience de la solennité du moment.
C’est que la bascule est un moment sans retour. Dans le métier, les concepteurs-développeurs parlent aussi de migration, comme le peuple hébreux partant pour l’Exode, quittant l’Egypte pour la Terre promise. La migration c’est l’abandon des anciens logiciels et procédures, et leur remplacement par le nouveau système d’information dont chacun espère qu’il sera plus performant.
C’est un voyage sans retour. Il est difficile de faire marché arrière. Les bases de données ont commencé à se remplir, les utilisateurs ont fait l’apprentissage les nouvelles procédures, éventuellement il existe une impossibilité de faire (le retour arrière lors de la bascule de l’an 2000 ou du passage à l’Euro était impensable). Même dans les cas où cela serait envisageable, le coût financier d’un retour est exorbitant.
Et donc les concepteurs-développeurs se retrouvent à quelques-uns, un matin ou un soir à effectuer la bascule. Il y a ceux qui sont en charge de faire les gestes (activation des habilitations, dernières reprises de données), ceux qui vont tester une dernière fois le programme, ceux qui sont là en cas d’anomalie, et qui généralement attendent en faisant leur courrier, et en espérant que tout se passe bien.
C’est dans ces moments, relativement rares, que les concepteurs-développeurs ressentent particulièrement d’être dans une confrérie particulière. La bascule va les libérer d’un coup. Moment mélancolique, où l’équipe se prépare à se séparer, à regretter la fièvre intense de la phase Projet tout en se félicitant du travail accompli.

Cet article, publié dans developpement, informatique, système d'information, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s